Archives mensuelles : juin 2019

Les plantes médicinales, faut-il y croire?

J’entends régulièrement la phrase : « Je crois aux plantes médicinales » ou cela peut être le contraire. Je comprends que l’on puisse dire cela, mais à force de l’entendre, cela m’a amené une réflexion que je vous partage ici.

Pour moi, l’effet des plantes médicinales est plus qu’une croyance, car elles ont fait leurs preuves depuis plusieurs millénaires. Aujourd’hui, ce sont les études scientifiques dans les laboratoires, les centre de recherches ou les hôpitaux qui sont la norme et qui établissent la preuve de l’efficacité d’un traitement donné. Toutefois, ce n’est pas seulement là que l’on peut constater l’amélioration de la santé de quelqu’un. Le savoir sur les plantes curatives accumulé par un nombre incalculable de personnes au fil de l’histoire est un poids considérable à mon avis.

Médecine traditionnelle

Par exemple, si une plante médicinale était inefficace, cela ne ferait pas des millénaires que l’on vante ses vertus. L’usage répété et confirmé et reconfirmé ne laisse pas de doute sur les bienfaits de la plante. Si des chercheurs se penchent sur cette même plante et trouvent les substances responsables de l’effet et confirment son action, tant mieux, mais la plante avait déjà fait ses preuves et cela est ensuite appuyée par la science.

Les plantes médicinales font partie du patrimoine mondial, du patrimoine vivant. Je ne peux douter de leurs vertus, car je le constate quotidiennement. D’ailleurs, l’Organisation mondiale de la santé recommande aux pays membres d’intégrer les médecines traditionnelles dans la médecine conventionnelle. Madagascar l’a fait et cela est déjà ainsi dans d’autres pays, comme la Chine et l’Inde, par exemple.

J’en profite pour préciser que la médecine traditionnelle, ce n’est pas la médecine allopathique, mais bien l’herboristerie, la médecine chinoise ou ayurvédique notamment. La médecine allopathique pourrait être appelé médecine conventionnelle ou médecine moderne, mais pas traditionnelle. Elle est assez récente dans l’histoire.

Cela étant dit, je ne dénigre pas la médecine conventionnelle, car elle est très importante et fait des miracles dans plusieurs cas. J’y ai eu recours et je ne serais pas là aujourd’hui pour en parler si le personnel médical n’avait pas été là lors d’une hémorragie que j’ai eue. Je l’ai aussi vu pour des proches et j’ai beaucoup de gratitude pour les médecins et infirmières et infirmiers qui travaillent avec dévouement pour soigner et réconforter. J’en ai été témoin plus d’une fois.

Pour moi les différentes approches ont toutes leurs forces et leurs limites et la complémentarité peut s’avérer gagnante pour tous.

Retour aux sources

Cela me réjouit de voir de plus en plus de gens qui font un retour aux sources et veulent apprendre à prendre soin d’eux. Les plantes médicinales peuvent faire partie d’une telle démarche et accompagner pour prévenir, nourrir et soulager.

Les plantes sont la base de plusieurs médicaments. On isole une molécule et on en fait une substance très puissante qui a une action pointue. D’ailleurs la chimie des plantes a encore plein de choses à nous révéler, car sa complexité n’est pas si facile à démêler. Il arrive que l’on attribue les vertus d’une plante à une molécule précise pour s’apercevoir plus tard que sans cette molécule, la plante a quand même ses effets. Il y a une synergie et un équilibre qui se sont créés chez la plante au fil des siècles que nous n’arrivons pas encore à démystifier. Et si cette sagesse de la nature nous dépassait?

Pour ma part, je m’incline devant cet assemblage de substances qui donne des plantes qui savent survivent dans différentes conditions climatiques selon le continent où elles vivent. Elles savent non seulement survivre, mais nous aident à survivre. Ne trouve-t-on pas des plantes qui soignent les coups de soleil et soulagent la soif dans le désert d’Arizona? Et des plantes contre la fièvre et l’arthrite dans les milieux humides qui sont propices à ces malaises?

Gratitude

Mon cœur d’herboriste est dans la gratitude face à la générosité de la nature. Je m’incline devant la grandeur et la complexité du monde végétal! C’est l’été, profitons des prochains mois pour aller dehors dans les forêts, les jardins, les champs pour se remplir de nature et de verdure. C’est un baume pour l’âme et cela sans avoir à les prendre en interne. C’est aussi cela le pouvoir des plantes!

Publicités