Archives mensuelles : mai 2018

Gagnant-gagnant au travail

Depuis quelques mois, je réfléchis à un aspect du travail, car je vois plusieurs personnes dans mon entourage et ma clientèle qui ne sont pas heureux dans leur travail. D’accompagner certains clients dans leur démarche m’a permis de constater toute la pression que plusieurs d’entre nous s’infligent pour donner un rendement au travail qui dépasse leurs capacités et leurs limites.

Il existe une certaine vision qui implique que l’on doive donner et répondre aux besoins de l’entreprise ou de l’employeur sans tenir compte de ses propres besoins. Est-ce équilibré? Est-ce sensé? Est-ce viable à long terme?

J’ai rencontré récemment un conseiller en entreprise qui disait qu’un employé doit être heureux au travail. C’est un fait connu qu’un employé heureux est plus productif, créatif, qu’il y a moins d’absentéisme de démotivation et de frustration. L’entrepreneur ou le dirigeant d’entreprise n’a pas forcément un département des ressources humaines ou les capacités pour bien prendre soin de cet aspect de l’entreprise. C’est pourtant d’une importance vitale pour le bon roulement de l’entreprise, en fait, la santé des employés, des dirigeants et de l’entreprise y gagne. Tout le monde y gagne!

Il y a quelques décennies, j’ai fait un cours de communication à l’Université où j’ai appris l’approche gagnant-gagnant. Cette approche m’a beaucoup inspirée et a teinté ma façon de voir les choses. C’est un point de référence lorsque j’ai des engagements à prendre. C’est aussi la manière d’aborder un nouvel emploi. Est-ce que l’individu gagne quelque chose à joindre l’entreprise et est-ce que cette dernière y gagne à intégrer cette personne à l’équipe. L’employé y gagnera un salaire, bien sûr, mais est-ce qu’il aura aussi la satisfaction du travail bien fait, la valorisation, un environnement pour s’épanouir, etc.? Est-ce que l’entreprise gagnera de nouvelles idées, un travail bien accompli, etc.? Ce peut être certaines de ses réponses ou d’autres selon chaque situation. La question à se poser est qu’est-ce que je gagne dans cette collaboration?

En discutant avec plusieurs personnes de ma réflexion en lien avec le travail et le respect des besoins de l’entreprise et des individus qui la composent, quelques personnes m’ont mentionné que la jeune génération abordait le travail avec une vision différente. D’ailleurs dans un article paru sur le site du journal Le Droit, on mentionne que les millénaux (nés entre 1982 et 2004) cherchent une entreprise qui correspond à leurs valeurs et qui leur laisse une certaine liberté. Ce n’est pas le travail à tout prix et le même emploi pour la vie comme cela est très courant dans les générations précédentes.

Toutefois, après vérifications auprès de quelques milléniaux, ce n’est pas aussi tranché. La culture de l’entreprise semble être un point important. L’un d’eux me parlait de rencontres hebdomadaires avec son équipe pour s’assurer que tout allait bien et prévenir ou régler les problèmes au fur et à mesure qu’ils se présentent. La compagnie pour laquelle il travaille a investi dans la formation des cadres qui ont été coachés pour entretenir un bon climat de travail. Les cadres, quant à eux, ne comptent pas leurs heures et il y a comme une loi non écrite que l’on travaille plus d’heures si le besoin est là. C’est souvent pour une ou quelques périodes données dans l’année. Il faut livrer la marchandise, mais cela permet, dans bien des cas, d’avoir de la latitude pour faire moins d’heures à d’autres moments.

D’ailleurs, il faut se demander quelles sont les motivations d’un employé qui fait du temps supplémentaire à s’épuiser, qui se sent débordé, stressé pour différentes raisons, mais qui continue à ce rythme et parfois jusqu’à l’épuisement qui nécessite un arrêt de travail. Personne n’y gagne.

man, macbook, desk, wood, hat, Alex Knight

Voici quelques raisons bien souvent inconscientes d’aller au-delà de ses limites dans la pratique de son travail :

  • Un besoin d’être reconnu
  • De la dévalorisation
  • De l’insécurité
  • Un besoin d’appartenance

Il y a une réflexion à faire et pas besoin de se retrouver en arrêt de travail pour burn out pour évaluer la situation. Il est bon de se poser les bonnes questions avant d’en arriver là. En coaching, par le questionnement justement, on met en lumière les croyances ou saboteurs qui nous poussent à agir de la sorte au détriment de sa santé. Cela permet d’installer une nouvelle façon de voir les choses et d’aborder le travail d’une manière plus saine.

Références: https://www.ledroit.com/affaires/qui-sont-les-milleniaux-35325c3c3648cedeee18eacd85aff40c

Advertisements